Guilde Destruction WAR sur Har Ganeth

Le seul ordre acceptable est celui qui restera après notre passage...Tremblez, nous allons vous écraser sous nos bottes, chiens !
 
PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Grimoire de Laelys

Aller en bas 
AuteurMessage
Laelys
Initié du désordre
Initié du désordre


Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 08/10/2008

MessageSujet: Grimoire de Laelys   Dim 12 Oct 2008 - 11:43

Le grimoire de Laelys

Chapitre 1 : L’enfant d’un dieu



« Je vais vous conter mon histoire, bien différente de celle que je vis aujourd’hui, celle qui date d’avant le changement.
A cette époque déjà j’étais une enfant pas comme les autres, une particularité me distinguait de mes semblables, de long cheveux fins dorés, lisses, soyeux et surtout des yeux couleurs or ce qui me rendait unique dans ma région.
J’étais connu de tous au village, sous le nom de Bellange et pourquoi ce nom me direz-vous ? Tout simplement par ma beauté qui me donnait l’apparence d’un ange mais aussi parce qu’on me disait venir des cieux.

En effet je reste dans l’ignorance d’où je viens, qui sont mes parents et a quel peuple j’appartiens malgré la ressemblance avec ces humains. Seule la personne qui m’était cher et qui m’as receuilli devait savoir au moins un lieu d’où j’ai apparu.
Bien sur j’ai essayé de le lui soutirer, et il me répondait toujours la même chose d’un regard abaissé et profond :
« - Tu ne dois jamais le connaître mon enfant ! Tu ne dois pas le voir !»

Mais je m’en moquais, lui, Thargos, ou « Papy » plus familièrement, était un ancien combattant qui avait plus de blessures de guerres que de rides, généreux, vivant paisiblement ses dernières années avec moi, il aimait dire que j’étais son seul enfant tout comme lui mon seul père.

On occupait un petite ferme et acceuillait quelques aventuriers s’y reposer. Il y avait aussi deux autres fermes non loin d’ici, l’une habitait une belle demoiselle, veuve et un enfant qui lui occupait tout son temps.
L’autre, un peu plus loin, une petite famille sans histoire, leur fille était mon amie, que j’allais souvent a sa rencontre pour jouer, mais le plus souvent ,des bêtises.
Et plus loin le village, une dixaine de petite fermes autour d’une grande place, on n’y avait l’eau dans un puit, la farine d’un moulin, ect... Le tout dans un décors de forêts et de grand champs qui s’étendaient a perte de vue.

Oui, j’étais Bellange l’enfant des dieu, je regardais le monde autour de moi comme personne d’autre, j’avais le regard curieux sur toute choses même banales, comme si j’appartenais a un autre monde, j’avais soif de connaissance et toute les aventures que papy me contait ne me satisfaisait pas.
Je ne comprenais pas non plus les expressions des humains, la joie, la tristesse, la peur... je ne ressentais pas ces choses la, je ne pouvais essayer de le lire que dans leur yeux bien que je n’y parvenais pas.

Mon amie m’appréciait pour cela, elle s’amusait de mon être, moi....au plus profond de moi, j’en souffrais et m’enfermait dans un monde qui m’était inconnu chaque nuit.
Des cauchemars de créatures immondes, des signes étranges, la mort elle-même. Je me réveillais toute les nuits,les larmes coulant de long de mes joues, hors de mon lit, dehors et je pouvais voir a chaque fois le même paysage, comme pour me montrer une direction.
Toutes ces choses a l’intérieur de moi je les gardais, je voulais rester Bellange aux yeux de tous. Je voulais être celle que l’on me voit, surement pour me donner une identité, une raison d’être là.

Les lunes passaient paisiblement jusqu’au jour ou une douleur étrange m’envahi au niveau des épaules, une douleur prenante, poignante, comme si 100 lames les traversaient toute en même temps.
Bien sur, je ne connaissais pas cet état, moi que rien n’atteignait j’éprouvais pour la première fois ...
... La joie.

On me prendra pour une folle, mais ce mal en moi me donnait satisfaction, un sentiment agréable qui me permettait de me sentir... humaine ?
Cette douleur ne s’arrêtait plus, je continuais a vivre avec dans le silence, je la supportais grâce au plaisir que j’en tirais.
Mais un jour, nous sommes partis mon amie et « papy » dans les bois afin de ceuillir quelques champignons, la douleur me prit terriblement tout a coup, puis le noir...

... Lorsque j’ai ouvert les yeux, mon amie était a terre devant moi, ses yeux avaient été arraché, sa poitrine était grande ouverte donnant vision à son coeur ne battant plus et moi j’étais debout, sans sentiment devant ce spectacle, comme si cet évènement était naturel pour moi.
Ma vue se dirigeait ensuite sur un homme qui courait en ma direction, « Papy » qui criait après moi quelque chose que je ne comprenais pas, puis je me suis regardé les mains, couvertes de sang, et je tenais dans celle de gauche les yeux de mon amie, de ma victime...

PAPY : Qu’as-tu fait mon enfant ? Que s’est-il passé ??
BELLANGE : Je... Je... J’avais mal...
PAPY : Mal ? Mais de quoi parles-tu ? Te rends-tu compte de ce que tu as fait ?

Justement non je ne m’en rendais pas compte, j’observais la scène presque avec un sourire aux lèvres, et c’est a ce moment la que je me suis demandé si mon choix de vie me correspondait bien... Je me découvrais a nouveau...
Papy me ramena à la maison, ruminant a chercher un moyen de cacher cet évènement, mais le père nous rendit visite le soir venu, cherchant sa fille. On lui avait répondu que nous ne l’avions pas vu de la journée et moi... Je souriais.

Papy était furieux, il n’arrêtait pas de dire « Qu’ai-je fait ?... Qu’ai-je fait ? »
Le lendemain il m’amena en ville afin de trouver un guérisseur, soigner ce mal en moi, pensant que ce mal était la source de cet acte dans les bois, ce qui me surpris d’ailleurs, je crois qu’il connaissait beaucoup de choses sur mon passé...

Le guérisseur ne pouvait rien pour moi, il nous conseilla de trouver Maria, cette femme veuve, elle avait arrêté d’exercer pour s’occuper seule de son enfant et connaissait parfaitement les plantes qui auraient la possibilité de me guérir.
Alors que l’on se rendait chez elle, sur la route papy me dit alors :

« Bellange écoute moi, si cela devait encore arriver, si tu dois encore tuer... A ce moment là je sauverai ton âme et je rachèterai la mienne pour t’avoir enlevé a ton destin... »

Je compris par là que ma vie était construite sur les croyances des humains, que l’on m’avais forger a leur image alors que j’appartenais bien a un autre monde et que celui-ci me rattrapais.

On arrivait déjà chez maria, une très belle femme , un sourire très acceuillant. Elle examina mes épaules et remarqua de petites noirceurs sous la peau, les même sur mes deux épaules, cela formait un signe bien curieux, mais pas encore bien distinct.
Elle voulait s’entretenir avec mon père, dans la pièce d’à coté, quelque chose avait l’air d’inquièter cette jeune femme...

Moi j’entendais son fils pleurer, alors que je m’approchais discrètement pour le contempler dans la chambre du haut, la douleur me pris a nouveau avec force, je pris l’enfant et enfonça mes doigts entre la peau et ses yeux pour les lui arracher.
L’enfant continuait a crier de plus en plus fort, c’est alors que je mordis très fort au niveau de son coup, puis tira la tête et son corps pour les séparer. Le sang coulait a flot, j’étais pour la première fois...
.. .Heureuse...

Je ne me contrôlais plus, la douleur me disais quoi faire, j’étais le pantin d’un mal inconnu... Il est temps de changer, de ne plus lutter contre sa vrai nature.


La vie n’est pas un choix, juste des évènements, même s’ils peuvent paraître étranges ils ont toujours une signification dans un avenir proche ou lointain. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Grimoire de Laelys
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grimoire d'un Esprit de L'Ombre - Chapitre I - II - III
» Un très vieux grimoire (Background d'Aeris)
» Grimoire 3, INSA Toulouse, 7&8 Mars 2009
» [JDR] Grimoire Livre 6 (19 et 20 Mai 2012) - INSA Toulouse
» Le Grimoire des Anges (regroupement d'informations)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Guilde Destruction WAR sur Har Ganeth  :: Votre histoire-
Sauter vers: