Guilde Destruction WAR sur Har Ganeth

Le seul ordre acceptable est celui qui restera après notre passage...Tremblez, nous allons vous écraser sous nos bottes, chiens !
 
PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Maltarik Ombrenoire

Aller en bas 
AuteurMessage
Rankash
Ordre de la Destruction
avatar

Nombre de messages : 293
Age : 35
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Maltarik Ombrenoire   Ven 11 Mai 2007 - 21:49

L'aube se levait et c'est l'éclat d'un soleil rouge, rouge du sang des guerriers tombés et qui tomberaients encore, qui vint frapper les visages fébriles et les armes tranchantes de mes frères.
Je faisais partie de la quatrième vague d'assaut et j'étais impatient de gouter au sang de nos ennemis. C'était ma première bataille, et tandis que notre Arche Noire s'approchait de l'Ile Blafarde, je me surpris à rever de ma lame transpercant le coeur du Prince Tyrion.

Plus nous nous approchions de l'Ile, plus la clameur du combat s'élevait jusqu'à nous. Nous entendions déjà les cris des épouses de Khaine auxquels répondaient les Furies de notre propre régiment.

Nous savions déjà que la bataille était perdue, des messagers nous avez avertis : les Princes Dragons et les Lions Blancs, soutenus par les Auriges de Tiranoc, avaient pris en tenaille les notres et les avaient presque décimés. C'est donc avec la conviction de la défaite mais le sourire aux lèvres que nous accostâmes et que je me lancais dans l'enfer.
Au début, je me laissais porter par les cris et les hurlements. La vue des épouses de Khaine, couverte de sang, en train de psalmodier à la gloire de notre Dieux tout en écharpant les imprudents qui s'approchaient, me galvanisa.
Puis, rapidement, le son s'estompa. Il ne restait plus que le son de mes lames tranchant les chairs et le gout du sang qui m'éclaboussait. L'entrainement acquis par la vie dure et mortelle de Naggarond pris le dessus sur ma conscience, mes reflexes et mon instinct me sauvant plusieurs fois la vie.

Je ne sais pas combien de temps je combattis ainsi, des heures, des jours, des mois peut être. Je ne sentais pas mes blessures et rien ne pouvait m'arreter dans mon entreprise de destruction.
Puis tout s'arreta, d'un coup. Ce fut le noir complet. Aujourd'hui encore j'ignore comment j'ai pu me laissé prendre par surprise de cette façon.

Lorsque je repris mes sens, j'étais couvert de sang et enseveli sous un monceau de cadavre. Partout ou je posais le regard je ne voyais que mort et désolation : des membres tranchés, aussi bien de mes frères que de ces traitres de Hauts-elfes, des Sang-froid. Tous étaient éparpillés ça et là dans une vision d'apocalypse.
Mon heaume était brisé et mon crane ouvert. Je ne sais pas comment j'y suis parvenu mais j'ai réussi à me trainer jusqu'à la plage ou je sombris de nouveau dans l'inconscience. Je me suis réveillé sur l'une de nos Arche en route pour Naggarond. C'est là que j'ai appris que notre Roi-sorcier allé dépêcher des troupes pour combattre sur le Vieux Monde.

A peine arrivé chez nous et remis de mes blessures, je me précipitais pour me porter volontaire. Notre défaite sur l'Ile Blafarde avait avivé la flamme de la vengeance qui brulait en moi et qui ne s'étendrait qu'une fois tout les Hauts-elfes anéantis. Et j'avais gouté au sang...


Dernière édition par le Jeu 19 Juil 2007 - 18:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuzu
Seigneur du désordre
Seigneur du désordre
avatar

Nombre de messages : 1748
Localisation : Grenoble
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Re: Maltarik Ombrenoire   Sam 12 Mai 2007 - 22:39

Très joli récit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madrek l'Insoumis
Guest de L'Ordre de la Destruction
Guest de L'Ordre de la Destruction
avatar

Nombre de messages : 1705
Age : 35
Localisation : Longjumeau (91)
Date d'inscription : 07/04/2007

MessageSujet: Re: Maltarik Ombrenoire   Dim 13 Mai 2007 - 0:46

Belle introduction de ton personnage ^^

Bien rédigé et espacé nickel !


Dernière édition par le Jeu 19 Juil 2007 - 19:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ordredeladestruction.frbb.net
Rankash
Ordre de la Destruction
avatar

Nombre de messages : 293
Age : 35
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: Maltarik Ombrenoire   Jeu 19 Juil 2007 - 18:37

Pendant une journée tres harassante au boulot je me suis dit : tiens et si j'étoffais un peu mon BG? Vu que l'inspiration vient un peu comme elle veut, je ne sais pas encore à quel moment j'intègrerait mon premier post. Il devrait se situer vers la fin, juste avant notre rencontre.
Tout commentaires sont les bienvenus evidemment.

Chapitre I : La naissance

- Tchac ! La gifle sonna comme un coup de feu privé de son écho.
- Ca t’apprendra à mettre autant de temps pour me ramener ce que je demande. Un bon à rien ! Tu es un bon à rien ! Ha, t’es pauvres parents s’en retourneraient dans leur crypte s’ils voyaient comment leur fils est impotent.

Il y a longtemps que mon père t’aurai tranché la gorge s’il t’avais vu te comporter ainsi avec son fils, pensais-je.

- Oui, Mon oncle. Et ce fut tout ce qui sortit de ma bouche.

Les années de soumission m’avaient appris à garder pour moi ce genre de pensée sous peine de punition bien plus éprouvante et humiliante qu’une simple gifle.
Mes parents avaient été au service du Roi-sorcier tout au long de leur courte vie. Jeunes mais néanmoins reconnu pour leurs hauts-faits, ils avaient participé à nombres d’actions sur les côtes d’Ulthuan. C’est lors d’un raid de leur arche sur l’Ile blafarde qu’ils perdirent la vie, il y a de cela des années.

N’étant alors âgé que de 5 ans, je fut confié au seul parent qui me restait, cet infâme tas d’immondices qui se prétendait être mon oncle et agir pour mon bien. Depuis une dizaine d’années maintenant les journées se suivent et se ressemble : levé à l’aube pour préparer le repas de monsieur, mais seulement le sien, corvée de ménage pour nettoyer les rebus de nourriture jetés au travers de toutes les pièces de la maison, couper et ramasser du bois… et tout cela bien sur sous les coup de fouets, les gifles et autres insultes, humiliations, dégradations de toutes sortes.

Ce traitement inimaginable aurait anéantis n’importe qui mais j’étais un Druchii et pour l’honneur de mes parents je ne pouvais abdiquer. Seulement j’étais à bout, je ne pouvais plus supporter un tel traitement, tant physiquement que mentalement. La goutte d’eau se présenta sous la forme d’une « soirée animée » comme ce tas aimait à appeler les orgies qu’il organisait chez lui. D’ordinaire j’en était exclu et je m’en félicitait, mais ce soir là, il me traîna de force devant ses « invités » qui souhaitaient se divertir autrement.
Je savais comment cela se terminerai si je ne réagissait pas mais je ne pouvais pas bouger, la peur me paralysant totalement. Ce n’est que lorsque les doigts boudinés et les yeux avides s’approchèrent de moi que le déclic se fit. Je hurlais, d’un cri d’ou ressortait toute ma rage, toute la haine que j’avais accumulé durant ces longues années.

Le carnage qui suivit fut effroyable : ayant réussi à me saisir d’un long couteau de cuisine, je taillais et découpais à tour de bras, sans réelle résistance de la part de ces assistés empotés. Mon esprit avait déconnecté et je me laissais guider par mon instinct d’Elfe Noir. Plus je tuais plus mes muscles se déliaient, augmentant ma force, mon agilité et ma vitesse. La tuerie n’avait pas duré plus de 10 minutes et il ne restait que mon cher oncle encore debout. Ma soif de sang réveillée, je m‘approchais de lui le sourire aux lèvres, me délectant de cette odeur de peur dont il émanait.

- Les rôles sont inversés aujourd’hui, et tu as peur n’est ce pas ?
- Non…Attends…Co…comment peux-tu faire ça alors que je t’es élevé, que je t’es tout donné ?
- Tu m’as tout donné !? Hum, effectivement, grâce à toi ma nature s’est réveillée. Mais comme tu le sais, chez nous, les faibles meurent, les forts survivent, et toi, tu es faible. Vois le visage du châtiment !

A ces mots, je fit pénétrer ma lame dans sa carotide en le regardant droit dans les yeux. Etrangement, je n’y décelai aucune douleur seulement une peur insondable face à l’inéluctable.
Alors que je retirais ma lame, un flot de sang jaillit de l’ouverture maculant le mur d’un rouge presque noir, luisant. Le liquide ne se répandait plus que faiblement à mesure que le cœur faiblissait. Je ne pouvais détacher mes yeux de cette image presque magique du mur enduit d’un sang coulant presque négligemment vers le sol. C’est alors que mon oncle poussa son dernier râle, et se son couplé à l’image du mur résonna en moi comme une vibration, une vibration qui effaçait toutes ces années d’esclavage mais qui appelait à une autre sorte de servitude : celle de la vengeance pour la mort de mes parents.
L’enfant en moi était mort ce soir là. Je récupérais quelques affaires, un tissu pour envelopper cette lame qui m’avait révélé, et sortis, sans un regard en arrière, pour affronter mon destin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madrek l'Insoumis
Guest de L'Ordre de la Destruction
Guest de L'Ordre de la Destruction
avatar

Nombre de messages : 1705
Age : 35
Localisation : Longjumeau (91)
Date d'inscription : 07/04/2007

MessageSujet: Re: Maltarik Ombrenoire   Jeu 19 Juil 2007 - 19:16

hey cool un peu de poésie dans ce monde de brutes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ordredeladestruction.frbb.net
Rankash
Ordre de la Destruction
avatar

Nombre de messages : 293
Age : 35
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: Maltarik Ombrenoire   Jeu 19 Juil 2007 - 19:19

J'aime bien la poésie quand elle jaillit comme le sang d'une artère sectionnée Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rankash
Ordre de la Destruction
avatar

Nombre de messages : 293
Age : 35
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: Maltarik Ombrenoire   Jeu 2 Aoû 2007 - 13:00

Hop, la suite. Si la classe est pas jouable, je serais un peu frustré quand même.

Chapitre II : l’apprentissage

Cela faisait longtemps que le soleil avait disparu derrières les montagnes, mais l’heure du repos n’avait pas encore sonné pour moi, l’entrainement ne faisait que commencer. Apres une journée de cours, ou plutôt de martelage de crane sur la traitrise des Asur, notre supériorité, de notre vengeance et retour futur chez nous, en Ulthuan, il fallait s’entrainer au combat. C’était le lot quotidien de chaque futur Assassin ! Oui, j’avais trouvé ma voie, le destin s’était révélé à moi après cette sanglante nuit ou j’avais massacré et tué pour la première fois, et ou j’avais aimé ça.

La neige tombait mais étrangement, bien que je n’étais vêtu que de haillons, je n’avais pas froid, le sang qui me maculait le corps me protégeait des morsures de l’hiver. Heureusement pour moi la maison de mon oncle était à l’écart de la cité si bien que personne n’avait entendu les hurlements. Je partis donc en direction de centre de la cité, ne sachant pas vraiment ce que j’allais faire. C’est en passant le coin d’une rue que je compris que j’avais fait une erreur : nous étions la Nuit du Sacrifice ! Les Epouses de Khaine arpentaient les rues à la recherche de victimes et elles m’avaient vu. Ca ne servait à rien de chercher à fuir ou à combattre, j’allais mourir le cœur arraché et dévoré encore fumant par ces furies dans leur temple.

Mais il en fut autrement. Alors que nous franchissions les portes du temple et que tout mes sens s’éveillèrent au spectacle d’orgie sanglante qui s’ouvrait devant moi, mes yeux se fixèrent sur une furie en particulier. Elle émergeait d’un chaudron, dégoulinante de sang, belle et terrible à la fois et s’avançait vers moi.

- Maitresse Morathi, celui la errait seul dans la rue dans cet état, ça fera…
- Je sais, apportez moi ma robe et laissez nous. Et toi jeune Elfe, tu vas me suivre et me raconter ton histoire. J’ai dans l’idée qu’elle va m’intéresser.

Je n’en revenais pas ! La Grande Prêtresse en personne, la mère de notre Roi-Sorcier venait de me sauver la vie. Je la suivi, un peu hagard, avec une idée qui flottait à la limite de ma conscience : cet acte ne sera pas gratuit.
Je passais donc le reste de la nuit, dans une pièce isolée du Temple, à raconter mon histoire à la Reine des Furies. Alors que l’aube pointait, elle se leva et dit ces mots qui restèrent gravés dans ma mémoire :

- Tragique histoire que celle de ton oncle. Toi, je ne te plein pas. La vie que tu as mené t’a forgé et a avivé en toi les flammes de la haine et de la vengeance, brulant plus fort que chez la plupart de nos frères et sœurs. Tu deviendras un assassin, l’un des meilleurs.

Je restais sans rien dire, j’allais devenir un assassin ! A partir de ce jour, j’appris à utiliser cette rage au combat. Je progressais de jour en jour, devenant plus rapide, plus fort, apprenant à tuer sans que ma victime ne se doute de ce qui lui arrive avant que ma lame ne se fiche dans son corps.


Après cet entrainement, on m’affecta dans ma première unité. Une mission simple, sans grand intérêt si ce n’est mettre en pratique mon apprentissage. Il me fallait éliminer le chef d’un groupe de sauvages qui menaient un énième assaut contre notre empire. Ce fut terminé en moins de deux jours. A la suite de ça, je participais à quelques raids sur côtiers pour ramener esclaves et informations. J’usais habilement de mes talents de bourreau pour faire parler même le plus récalcitrant des prisonniers avant de les laisser mourir lentement, me délectant de leurs souffrances.

Alors que je commençais à me lasser des petits pillages et autres raids de petite envergure, je reçu un mot cacheté du sceau de ma Reine. Codé, l’ordre m’envoyait sur l’Ile Blafarde, vers une bataille contre nos frères ennemis. J’allais venger mes parents. J’allais à nouveau déclencher un massacre. La flamme s’alluma dans mon cœur froid et au fond de mes yeux, ça allait saigner et j’allais m’abreuver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madrek l'Insoumis
Guest de L'Ordre de la Destruction
Guest de L'Ordre de la Destruction
avatar

Nombre de messages : 1705
Age : 35
Localisation : Longjumeau (91)
Date d'inscription : 07/04/2007

MessageSujet: Re: Maltarik Ombrenoire   Jeu 2 Aoû 2007 - 13:08

Ah les elfes noirs et leur égo démesuré ^^

Genre il devient plus beau plus fort ! Un elfe ça reste une allumette !

Sérieusement très bon background juste 1 peu court peut être ou manquant de certains petits détails .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ordredeladestruction.frbb.net
Rankash
Ordre de la Destruction
avatar

Nombre de messages : 293
Age : 35
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: Maltarik Ombrenoire   Jeu 2 Aoû 2007 - 13:11

Je sais j arrive pas à prendre du recul pour le moment. Quand je fusionnerais tous les chapitres je remanierais un peu pour que tout aille bien. Sinon, ca colle? donez moi vos avis, c'est la 1ere fois que je m'essaye à l'écriture Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rankash
Ordre de la Destruction
avatar

Nombre de messages : 293
Age : 35
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: Maltarik Ombrenoire   Ven 3 Aoû 2007 - 16:56

Voila, le Bg est complet. J'imagine que ca doit etre bien chiant à lire mais je suis content d'avoir terminé cheers cheers
Donc, sous vos yeux ébahis :
Erf, peut pas tout mettre en meme temps, pas assez de place. Bon bah tant pis ca sera en 3 parties alors...

Chapitre I : La naissance


- Tchac ! La gifle sonna comme un coup de feu privé de son écho.
- Ca t’apprendra à mettre autant de temps pour me ramener ce que je demande. Tu ne sers vraiment à rien ! Tes parents peuvent être fiers, ils ont engendré un bon à rien, à peine meilleur qu’un esclave humain. Hors de ma vue si t’en veux pas une autre.
-
Il y a longtemps que mon père t’aurai tranché la gorge s’il t’avais vu te comporter ainsi avec son fils, pensais-je.

- Oui, Mon oncle… Et ce fut tout ce qui sortit de ma bouche.

Les années de soumission m’avaient appris à garder pour moi ce genre de pensée sous peine d’une punition bien plus éprouvante et humiliante qu’une simple gifle.
Mes parents avaient été au service du Roi-sorcier tout au long de leur courte vie. Jeunes mais néanmoins reconnu pour leurs hauts-faits, ils avaient participé à nombres d’actions sur les côtes d’Ulthuan. C’est lors d’un raid de leur arche sur l’Ile blafarde qu’ils perdirent la vie, il y a de cela des années. Ils donnèrent leurs vies pour le Dieux du sang et siègent aujourd’hui à ses cotés.

N’étant alors âgé que de 5 ans, je fus confié au seul parent qui me restait, cet infâme tas d’immondices qui se prétendait être mon oncle et agir pour mon bien. Depuis une dizaine d’années maintenant les journées se suivent et se ressembles : levé à l’aube pour préparer le repas de monsieur, mais seulement le sien, corvée de ménage pour nettoyer les rebus de nourriture jetés au travers de toutes les pièces de la maison, couper et ramasser du bois… et tout cela bien sur sous les coups de fouets, les gifles et autres insultes, humiliations, dégradations de toutes sortes.

Ce traitement inimaginable aurait anéantis n’importe qui. Mais je ne suis pas n’importe qui, je suis un Druchii, un descendant de la famille Aldher, et leur sang de guerriers coule dans mes veines, comme l’a si souvent répété mon père.
Je devais mettre un terme à cette situation, indigne de mon rang. Mais je ne pouvais pas. Je ne comprenais pas pourquoi car je ne rêvais pourtant que d’une seule chose : enfoncer une lame dans le corps de ce misérable, mais j’en étais incapable, quelque chose au fond de moi m’en empêchait, une sorte de barrière ou de porte que je n’arrivais pas à franchir.
La goutte d’eau se présenta sous la forme d’une « soirée animée » comme ce tas d’immondices aimait à appeler les orgies qu’il organisait chez lui. D’ordinaire j’en étais exclu et je m’en félicitais, mais ce soir là, il me traîna de force devant ses « invités » qui souhaitaient se divertir autrement.

Je savais comment cela se terminerai si je ne réagissais pas mais je ne pouvais pas bouger, la peur me paralysant totalement. L’atmosphère était douceâtre : de la fumée s’élevait de sortes de fumoirs, plongeant la pièce dans un brouillard malsain qui irritait les yeux et déposait dans la bouche et le nez une fine pellicule à la fois sucrée, acide et âpre. La tête me tournait, j’étais au bord de la nausée quand je perçu à la limite de mon champ de vision des mouvements qui s’amorçaient. Les invités s’étaient rendu compte de ma présence et avaient cessé leurs activités pour s’approcher de moi.
Alors que les doigts boudinés et les yeux avides étaient tout prêts, j’entendis, ou plutôt je sentis dans ma tête comme le bruit d’une branche morte qui se brise. Je hurlais, d’un cri d’ou ressortait toute ma rage, toute la haine que j’avais accumulée durant ces longues années. La barrière psychologique qui me retenait venait de céder sous la terreur et le dégout. La machine venait de s’activer.

Le carnage qui suivit fut effroyable. D’un bond, je passais au dessus du groupe et atterrît sur l’un des fumoirs qui se renversa sur le tapis, faisant jaillir ses braises rougeoyantes. Je m’emparais d’un couteau qui se trouvait là et me ruais à l’assaut. Personne n’avait encore réagis, et c’est d’un œil hagard et vide qu’ils me regardèrent fondre sur eux. Même mon oncle ne réagissait pas, ne pouvant surement pas comprendre ce qui se passait, jamais personne ne lui ayant tenu tête.

Ma lame pénétra une première fois dans un de ces corps mou et flasque. La sensation que j’éprouvais alors était indescriptible : une sorte de joie sadique mêlée de dégout. Pendant que je réitéré mon acte, les premiers cris et hurlements retentirent, me suppliants d’arrêter. Mais mon esprit avait déconnecté et je me laissais guider par mon instinct d’Elfe Noir. Plus je tuais plus mes muscles se déliaient, augmentant ma force, mon agilité, ma vitesse. La tuerie n’avait pas duré plus de 10 minutes et il ne restait déjà que mon cher oncle encore debout. Ma soif de sang réveillée, je m‘approchais de lui le sourire aux lèvres, me délectant de cette odeur de peur dont il émanait.

- Les rôles sont inversés aujourd’hui. Tu as peur n’est ce pas ?
- Non…Attends…Co…comment peux-tu faire ça ? Je t’ai élevé, je t’ai tout donné !
- Tu m’as tout donné !? Hum, peut être oui. Grâce à toi ma nature s’est réveillée. Je devrais surement te remercier d’ailleurs. Ou peut être pas. Car tu le sais, chez nous, les faibles meurent, les forts survivent. Et toi, tu es faible. Alors vois le visage du châtiment !

A ces mots, je fis pénétrer ma lame dans sa carotide en le regardant droit dans les yeux. Etrangement, je n’y décelai aucune douleur, seulement une peur insondable face à l’inéluctable. Lâche !

Alors que je retirais ma lame, un flot de sang jaillit de l’ouverture maculant le mur d’un rouge presque noir, luisant. Le liquide ne se répandait plus que faiblement à mesure que le cœur faiblissait. Je ne pouvais détacher mes yeux de cette image magique du mur enduit d’un sang coulant presque négligemment vers le sol. C’est alors que mon oncle poussa son dernier râle, et se son couplé à l’image du mur résonna en moi comme une vibration, une vibration qui effaçait toutes ces années d’esclavage mais qui appelait à une autre sorte de servitude : celle de la vengeance, de la haine.
L’enfant en moi était mort ce soir là. Je récupérais quelques affaires, un tissu pour envelopper ma lame, et sortis, sans un regard en arrière.


Dernière édition par le Ven 3 Aoû 2007 - 20:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rankash
Ordre de la Destruction
avatar

Nombre de messages : 293
Age : 35
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: Maltarik Ombrenoire   Ven 3 Aoû 2007 - 16:56

Chapitre II : l’apprentissage

La neige tombait abondamment mais étrangement, bien que je n’étais vêtu que de haillons, je n’avais pas froid, le sang qui me maculait le corps me protégeait des morsures de l’hiver. Heureusement pour moi la maison de mon oncle était à l’écart de la cité si bien que personne n’avait entendu les hurlements. Je partis donc en direction de centre de la cité, ne sachant pas vraiment ce que j’allais faire.

Alors que je m’approchais du centre, le son d’une clameur m’atteint. Une sorte de mélopée macabre s’élevait de certaines parties de la cité. On avait découvert ce que j’avais fait et le peuple s’apprêtait à lancer la chasse, j’en étais sur. J’avais peur mais je savais qu’elle était mon allié : c’est la peur qui m’avait lancé dans cette danse sanglante, qui avait allumé cette flamme qui brulerait en moi à tout jamais. Je l’utilisais donc pour m’approcher, savoir ce qu’il se passait, quitte à combattre et mourir.

C’est en passant le coin d’une rue que je compris que j’avais fait une énorme erreur : nous étions la Nuit du Sacrifice ! Les Epouses de Khaine arpentaient les rues à la recherche de victimes, et elles m’avaient vu. Ca ne servait à rien de chercher à fuir ou à combattre, j’allais mourir le cœur arraché et dévoré encore fumant.

Elles me trainèrent vers leur temple, léchant le sang qui me couvrait et se gargarisant avec. Alors que nous franchissions les portes du temple et que tout mes sens s’éveillèrent au spectacle d’orgie sanglante qui s’ouvrait devant moi, mes yeux se fixèrent sur une furie en particulier. Elle émergeait d’un chaudron, dégoulinante de sang, belle et terrible à la fois, et s’avançait vers moi.

- Maitresse Morathi, celui-là errait seul dans la rue dans cet état, ça fera un excellent sacr…
- Suffit ! Apportez-moi ma robe et laissez nous. Et toi jeune Elfe, tu vas me suivre et me raconter ton histoire. J’ai dans l’idée qu’elle va m’intéresser.

Je n’en revenais pas ! La Grande Prêtresse en personne, la mère de notre Roi-Sorcier venait de me sauver la vie. Je la suivi, un peu hagard, avec une idée qui flottait à la limite de ma conscience : cet acte ne sera pas gratuit.
Je passais donc le reste de la nuit, dans une pièce isolée du Temple, à raconter mon histoire à notre Reine. Alors que l’aube pointait, elle se leva et dit ces mots, qui restèrent gravés dans ma mémoire :

- Tragique histoire que celle de ton oncle. Mais toi, je ne te plein pas. La vie que tu as mené t’a forgé et a avivé en toi les flammes de la haine et de la vengeance, brulant plus fort que chez la plupart de nos frères et sœurs. Tu deviendras un Assassin, l’un des meilleurs.

Je restais sans rien dire, j’allais devenir un Assassin ! Au service de la couronne ! Jamais je n’aurais pensé arriver là. Outre l’allégeance au couple royal, je me promis à moi-même de tout faire pour devenir le meilleur. Je serais le meilleur !

A partir de ce jour, j’appris à utiliser ma rage au combat. Je progressais de jour en jour, devenant plus rapide, plus fort, apprenant à tuer sans que ma victime ne se doute de ce qui lui arrive avant que ma lame ne se fiche dans son corps. Je m’entrainais constamment, cherchant la perfection dans chaque mouvement, le plus infime soit-il. Mes armes devenaient le prolongement de mes bras, elles en étaient presque vivantes. En plus de l’art du combat, j’appris aussi la dissimulation : comment se déplacer sans le moindre bruit, quelque soit le sol sur lequel je marchais. Comment prendre n’importe qu’elle identité. Et bien sur, les milles et une manières d’ôter la vie : avec souffrance, sans souffrance, rapide, lente.

A l’issu de cet entrainement j’étais devenu capable de surprendre n’importe qui, de m’introduire n’importe où et n’importe quand et surtout, je pouvais donner la mort d’un simple geste pour une agonie de plusieurs heures, heures que je ne me lassais pas de passer aux cotés du mourant, à le regarder s’éteindre.
On me donna alors ma première mission. Une mission simple, sans grand intérêt si ce n’est mettre en pratique mon apprentissage. Il me fallait éliminer le chef d’un groupe de sauvages qui menaient un énième assaut contre notre empire. Leur camp n’était pas grand mais puissamment gardé. J’échafaudé mon plan : j’avais repéré une lacune dans leur système de surveillance, il me suffisait d’éliminer une sentinelle et j’avais 10 minutes de tranquillité avant l’alarme.

Le moment venu je passais à l’attaque, je n’avais pas le temps de m’amuser aujourd’hui. Le garde fut tristement facile à éliminer : un coup derrière l’oreille et il était mort avant de se rendre compte de quoi que se soit. La tente du chef se trouvait à quelques mètres de là. Je me collais à la toile et, prestement, me glissais dessous. Il me tournait le dos. Parfait. Une enjambée et j’étais sur lui. Plaquant ma main sur sa bouche, je lui enfonçais une lame au milieu du dos, sectionnant une vertèbre.

- Je viens de paralyser tes membres, ça ne sert à rien d’essayer de fuir. Je suis un Druchi et j’imagine que tu as deviné le but de ma visite. Tu vas mourir… mais pas tout de suite. Avant de rendre l’âme, je veux que ton peuple sache ce qu’il en coute de s’attaquer à nous. Je n’ai qu’un regret : je ne pourrais pas assister à tes derniers instants.

Sur ces mots, je fis pénétrer une deuxième lame dans son foi. L’agonie d’une telle blessure est lente et douloureuse. Bandant mes muscles, je bondis vers le coté par lequel j’étais entré pendant que le chef rameutait ses hommes. Je savais qu’il lancerait ses troupes à ma poursuite, pensant me rattraper et venger sa mort. Imbécile ! Tous ses hommes accouraient vers sa tente, me laissant libre champ pour m’éclipser. Ils pouvaient s’échiner à me poursuivre, à peine les portes du camp franchit j’avais disparu, comme un souffle, sans laisser la moindre trace.

A la suite de ça, je participais à quelques raids côtiers pour ramener esclaves et informations. J’usais habilement de mes talents de bourreau pour faire parler même le plus récalcitrant des prisonniers avant de les laisser mourir lentement, me délectant de leurs souffrances. Ces exercices me permirent d’aiguiser mes reflexes et mes talents, prenant chaque mission comme un entrainement supplémentaire.

Alors que je commençais à me lasser des petits pillages et autres raids de petite envergure, je reçu un mot cacheté du sceau de ma Reine. Codé, l’ordre m’envoyait sur l’Ile Blafarde, vers une bataille contre nos frères ennemis. J’allais venger mes parents. J’allais à nouveau déclencher un massacre. La flamme s’alluma dans mon cœur froid et au fond de mes yeux. Ça allait saigner et j’allais m’abreuver.


Dernière édition par le Ven 3 Aoû 2007 - 20:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rankash
Ordre de la Destruction
avatar

Nombre de messages : 293
Age : 35
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: Maltarik Ombrenoire   Ven 3 Aoû 2007 - 16:57

Chapitre III : Confrontation

L'aube se levait et c'est l'éclat d'un soleil rouge, rouge du sang des guerriers tombés et qui tomberaient encore, qui vint frapper les visages fébriles et les armes tranchantes de mes frères.

Je faisais partie de la quatrième vague d'assaut et j'étais impatient de gouter au sang de nos ennemis. C'était ma première véritable bataille, et tandis que notre Arche Noire s'approchait de l'Ile Blafarde, je me surpris à rêver de ma lame transperçant le cœur du Prince Tyrion.

Plus nous nous approchions de l'Ile, plus la clameur du combat s'élevait jusqu'à nous. Nous entendions déjà les cris des épouses de Khaine auxquels répondaient les Furies de notre propre régiment.

Nous savions déjà que la bataille était perdue, des messagers nous avez avertis : les Princes Dragons et les Lions Blancs, soutenus par les Auriges de Tiranoc, avaient pris en tenaille les nôtres et les avaient presque décimés. C'est donc avec la conviction de la défaite mais le sourire aux lèvres que nous accostâmes et que je me lançais dans l'enfer.

Au début, je me laissais porter par les cris et les hurlements. La vue des épouses de Khaine, couverte de sang, en train de psalmodier à la gloire de notre Dieux tout en écharpant les imprudents qui s'approchaient, me galvanisa.

Puis, rapidement, le son s'estompa. Il ne restait plus que le son de mes lames tranchant les chairs et le gout du sang qui m'éclaboussait. L'entrainement acquis par la vie dure et mortelle de Naggarond pris le dessus sur ma conscience, mes reflexes et mon instinct me sauvant plusieurs fois la vie.

Je ne sais pas combien de temps je combattis ainsi, des heures, des jours, des mois peut être. Je ne sentais pas mes blessures et rien ne pouvait m'arrêter dans mon entreprise de destruction.

Pourtant, tout s'arrêta, d'un coup. Ce fut le noir complet. Aujourd'hui encore j'ignore comment j'ai pu me laissé prendre par surprise de cette façon.

Lorsque je repris mes sens, j'étais couvert de sang et enseveli sous un monceau de cadavre. Partout ou je posais le regard je ne voyais que mort et désolation : des membres tranchés, aussi bien de mes frères que de ces traitres de Hauts-elfes, des Sang-froid. Tous étaient éparpillés ça et là dans une vision d'apocalypse.

Mon heaume était brisé et mon crane ouvert. Je ne sais pas comment j'y suis parvenu mais j'ai réussi à m’extraire de ce cercueil de corps et me trainer jusqu'à la plage ou je sombrais de nouveau dans l'inconscience. Je me suis réveillé sur l'une de nos Arche en route pour Naggarond. C'est là que j'ai appris que notre Roi-sorcier allait dépêcher des troupes pour combattre sur le Vieux Monde.

A peine arrivé chez nous, un messager vint m’apporter une note codée. La dernière fois, elle m’avait envoyé à une mort certaine, il en allait surement de même pour cette fois. Mais qui pouvais-je ?

Je fis sauter le cachet et parcouru les lignes. L’écriture était fine, légèrement penchée, des plus agréable à lire si on évitait de s’attarder sur le sens caché des mots… Elle m’envoyait à l’Est. Je devais par tous les moyens empêcher que les renforts hauts elfes ne viennent faire pencher la balance en faveur des troupes de l’Ordre sur le sol du Vieux Monde pendant qu’ici, mes frères reprendraient ce qui nous appartenait de plein droit, notre héritage volé : Ulthuan ! Notre défaite sur l'Ile Blafarde avait augmenté l’intensité des flammes de la vengeance qui brulaient en moi. Elle répandra le feu sur tous ceux qui oseront se mettre en travers de ma route !


Dernière édition par le Ven 3 Aoû 2007 - 20:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taldeer
Guest de L'Ordre de la Destruction
Guest de L'Ordre de la Destruction
avatar

Nombre de messages : 461
Age : 32
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 07/05/2007

MessageSujet: Re: Maltarik Ombrenoire   Ven 3 Aoû 2007 - 17:39

Ca me fait penser qu'il faudrait que je fasse le miens...

Mais bon, vous me pardonnerez, j'attendrai d'au moins connaitre les classes Elfes noirs, et peut-être même de les avoir jouer, parce que bon, je veux pas me tromper de persos et recommencer 6 fois un BG ou un perso xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eru
Guest de L'Ordre de la Destruction
Guest de L'Ordre de la Destruction
avatar

Nombre de messages : 360
Age : 28
Localisation : Dans les ténèbres du Warp !
Date d'inscription : 03/05/2007

MessageSujet: Re: Maltarik Ombrenoire   Ven 3 Aoû 2007 - 20:03

Dès que j'ai pas mal de temps devant moi je lirai ton BG Maltarik =)
Mais à première vu (lu vite fait quelques lignes) ca a l'air pas mal Very Happy
J'éditerai sous peu pour les critiques plus approfondies !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rankash
Ordre de la Destruction
avatar

Nombre de messages : 293
Age : 35
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: Maltarik Ombrenoire   Ven 3 Aoû 2007 - 20:07

Ca marche. Need critiques pour m améliorer Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bobbi Briz' Krân'
Officier
Officier
avatar

Nombre de messages : 1646
Age : 29
Localisation : Dans la mêlée, derrière son kikoup', sous son bouclier...
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Re: Maltarik Ombrenoire   Ven 3 Aoû 2007 - 20:09

C'est trop Rouge, jveux voir du Vert !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rankash
Ordre de la Destruction
avatar

Nombre de messages : 293
Age : 35
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: Maltarik Ombrenoire   Ven 3 Aoû 2007 - 20:35

Aller, hop. Un peu de vert pour Bobbi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bobbi Briz' Krân'
Officier
Officier
avatar

Nombre de messages : 1646
Age : 29
Localisation : Dans la mêlée, derrière son kikoup', sous son bouclier...
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Re: Maltarik Ombrenoire   Ven 3 Aoû 2007 - 20:41

C'est bien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chane
Officier
Officier
avatar

Nombre de messages : 994
Age : 31
Localisation : Avec un Loup :)
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Re: Maltarik Ombrenoire   Ven 3 Aoû 2007 - 21:01

J'aime bien Maltarik, ca ma fait penser aux Miserables, dans une version ou Cosette fout une torgnole aux Tenardiers .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maltarik Ombrenoire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Maltarik Ombrenoire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Guilde Destruction WAR sur Har Ganeth  :: Votre histoire-
Sauter vers: