Guilde Destruction WAR sur Har Ganeth

Le seul ordre acceptable est celui qui restera après notre passage...Tremblez, nous allons vous écraser sous nos bottes, chiens !
 
PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Hisarion [Chaos; Sorcier]

Aller en bas 
AuteurMessage
Hisarion
Officier
Officier
avatar

Nombre de messages : 508
Age : 40
Localisation : Paris, la ville du chaos!
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Hisarion [Chaos; Sorcier]   Sam 30 Juin 2007 - 19:40

Voilà, je mets ici l'historique d'Hisarion, jeune Sorcier du chaos de son état! Comme vous le savez il a été écrit dans le désordre et en plusieurs fois donc ne m'en veuillez pas si vous voyez quelques redondances et cassures dans le rythme!

Bonne lecture



INTRODUCTION

Le temps était venu. Il le savait et s'en réjouissait. Tous les éléments étaient en place et tout devait aboutir à sa réussite. Le temps était venu de comprendre que pour créer un monde à son image, fait de violence, de cruauté et où la raison du plus fort serait toujours la meilleure il fallait changer les méthodes.

Le Chaos, qui portait bien son nom, n'avait jamais mené d'autres attaques contre les armées de l'Empire que des escarmouches et des incursions désordonnées. La puissance et la cruauté des soldats du Chaos leur avaient souvent permis de s'enfoncer loin dans les terres de l'ordre et de tuer des centaines d'humains et autres créatures alliées a l’Empire. Mais il fallait désormais mettre un peu d'ordre dans tout cela, aussi paradoxal que cela puisse paraître. Et avant de s'attaquer aux troupes de l'Empire, il fallait les priver de la source de leur pouvoir, la magie des Sorciers flamboyants.

Et pour créer un passage où les puissantes troupes du Chaos pourraient débarquer en masse, quel meilleur endroit que les prétentieuses cité-frontières du Nordland? Les Mages qui la protège sont puissants mais pas invulnérables. Il faut juste savoir comment frapper et avec quelle arme... Le Gardien-Maître serait anéanti dans les pires souffrances. Comment pourrait il en être autrement? Comment un humain, si puissant soit il pourrait-il mettre à mal ses plans, sa stratégie? Lui dont les pouvoirs étaient reconnus et respectés parmi tout les Grands Puissants?

Déjà la magie noire et chaotique qu'il générait mettait à mal les visions et l'omniscience des Gardiens à l'intérieur même de leurs murs. Et ensuite viendrait le temps de l'attaque, précise, incisive... et menée par une escouade au destin grandiose bien que ses membres l'ignorent encore. Des pions qu'il faudra peut être jeter ensuite mais dont le rôle sera déterminant.

Et ce plan, qu'il avait mis au point pendant les 80 dernières années, ne pourrait être mis à mal par ces éléments incontrôlables mais insignifiants qu'il percevait parfois. Comme ces stupides créatures, nains ou haut-elfes, ou encore les nommés répurgateurs dont il n'arrivait pas à cerner les auras, pleines de lumière et pourtant remplies de haine... Des détails qu'il faudra régler, sans trop attendre. Et ses envoyés, il le savait, s'en chargerait.

Ils s’organisaient déjà, s’entraînaient, se regroupaient sous l’appellation d’ « Ordre de la Destruction ». Ces créatures si faibles qui semblaient étrangement associer le concept d « ordre » à leur appartenance chaotique avaient en réalité compris avant les autres la clé : pour vaincre le Chaos devait pour la première fois s’organiser.
Et ensuite viendrait enfin le changement qu’il attendait, lui que l'on nommait Tzeentch, ou encore l'Architecte du changement. Ces guerriers, nommés Madrek, Courvit', Tapfor' et tout ceux qui tentaient de les rejoindre, plus ou moins puissants (l'un d'entre eux même, nommé Hisarion, avait été envoyé sans le savoir jusqu'à eux par sa volonté divine, en tant que rejeton, mais ignorant de son origine, d'un ancien Elu qui avait autrefois eu beaucoup de ses faveurs), insignifiants pions allaient lui permettre de devenir le Premier, le Grand, celui que ces propres frères, Khorne le sanglant, Nurgle le Pourri et tout les autres acclameraient et vénèreraient enfin comme il se doit.

CHAPITRE 1

Après 3 ans de recherches, d’études et de lecture de vieux grimoires interdits, il était temps de tenter enfin une invocation. Et pas n’importe laquelle. Hisarion était sûr qu’après tout le dévouement dont il avait fait preuve il pourrait invoquer un démon majeur. Un Duc du changement. Cela prendrait sûrement des heures, le porterait aux limites de l’épuisement mais il réussirait. Il le fallait. Il n’avait plus le choix.

Le jeune mage était acculé car deux évènements s’étaient produits ces derniers temps. Le premier était un changement dans sa chair, un changement qu’il ne pourrait plus cacher très longtemps à son mentor, Peter de Rhizen, puissant et très perspicace sorcier flamboyant. Une protubérance dans son dos était apparue voilà une semaine et elle semblait grandir de jour en jour. Au début Hisarion pensait à une allergie quelconque, puis peut être à un bubon dégénérant, signe de la peste. Mais il compris ensuite qu’il s’agissait là de quelque chose de plus abouti… Une mutation. Après des milliers d’heures à s’entraîner en cachette à manier les courants de magie chaotique, après des centaines d’ouvrages compulsés et surtout, après son escapade dans les Terres du nord où il avait ressenti toute la présence et la puissance des Dieux noirs, celui qui le fascinait, qui l’attirait un peu plus chaque nuit, Tzeentch, avait décidé de lui envoyer un signe afin de l’encourager dans sa recherche de puissance maléfique. Et Hisarion en ressentait une grande peur et une grande fierté… Deux sentiments précieux pour le chaos.

Mais Peter allait découvrir le pot aux roses. Il serait impossible de lui cacher plus longtemps, lui qui prétendait connaître ses élèves. C’est d’ailleurs parce qu’il était préoccupé depuis un an par l’annonce de l’avancée des armées noires qu’il n’avait jamais compris qu’un de ses disciples utilisait ses nuits à apprendre les pires secrets du chaos enfermé dans la bibliothèque interdite.

Le deuxième évènement était cette incursion qu’il avait faite au-delà des frontières du chaos. Sous prétexte d’une retraite pour méditer, Hisarion avait en fait marché au nord afin de vérifier par lui-même ce qu’on disait sur les courants d’énergie corrompue incroyables qu’on trouvait dans ces territoires. Et en fait de magie il avait trouvé la révélation. Alors qu’il avait dépassé depuis deux jours le dernier village fortifié humain, après une longue période sans voir la moindre créature vivante dans la lande désertée, il rencontra celui qui allait le décider définitivement à basculer sur la voie de Tzeentch.

En fait la rencontre devait être le fait du Dieu lui-même tellement elle fut imprévisible et curieuse. Alors qu’il faisait une pause assis sur un rocher en machonnant une racine qu’il avait récolté la veille, une ombre immense le recouvrit soudain par derrière. Le jeune sorcier eut à peine le temps de se retourner et de se jeter de coté pour éviter la hache qui vint fracasser le rocher. Au bout de cette hache se trouvait un maraudeur puissamment bâti et qui le regardait d’un œil cruel, l’écume aux lèvres. Hisarion aurait alors dû à ce moment concentrer dans ses mains l’énergie qu’il avait appris à maîtriser depuis des mois. Il aurait dû au pire chercher à invoquer le seul démon qu’il savait maintenant faire apparaître à loisir, un disque de Tzeentch. Il aurait pu détruire cette créature. Mais il était là, bouche bée, à contempler ce serviteur de Tzeencth, le Dieu qu’il admirait tant. Le maraudeur muté et défiguré était la plus fantastique preuve de la puissance du Grand Architecte qu’il ait vu ailleurs que dans un livre.
Cette hésitation aurait dû lui être fatale, le maraudeur levant à nouveau sa hache pour frapper. Mais un ordre sec et puissant l’arrêta.

− Th’Ak arch !

La créature suspendit son geste puis baissa son arme et, tête basse il parti en courant vers la droite. Hisarion tourna la tête et ne put réprimer un sursaut. A trente pas se trouvait un groupe énorme de guerriers du chaos, plus de vingt, qui le regardaient. Derrière, un régiment entier d’Homme-bêtes avançait sans bruit, auxquels se mêlaient ce qui semblait encore être des humains, tous vêtus de noir, mais également des créatures difformes, des chiens du chaos (Hisarion en avait souvent vu dessinés dans les grimoires) et des bêtes dont il ignorait le nom. Et il n’avait pas vu cette immense marée armée jusqu’aux dents, ni même ne l’avait entendu alors qu’elle était toute proche !

Mais ce qui le saisi le plus était celui qui avait fait claquer son ordre quelques instants plus tôt, lui sauvant la vie. Au milieu des guerriers chaotiques s’en trouvait un plus grand, plus massif, dont l’armure, bien que noire, semblait ondoyer de couleurs. Cet immense guerrier se tenait là immobile, et semblait regarder Hisarion. Il se pencha vers l’un de ses acolytes et lui dit quelque chose. Celui-ci avança alors en direction d’Hisarion et lorsqu’il fût à sa portée lui lança :

− L'Elu te laisse la vie sauve. Il t’informe que nous allons près de la Colline Dentée, à 50 lieues à l’est d’ici. Il te dit que lorsque tu seras prêt et que tu auras choisi ton destin, tu pourras nous rejoindre.

Avant qu’Hisarion ait pu rétorqué quoique ce soit, le guerrier fit demi-tour et rejoignit le groupe qui avait déjà repris sa route. Le jeune sorcier resta là à contempler pendant encore de longues minutes toute l’armée qui progressait et s’éloignait. Puis il se ressaisit et décida de rentrer à la Tour de son Maître – ou plutôt ancien maître. Il savait qu’il avait depuis tout ce temps fait le bon choix. La puissance, la gloire, la réussite et l’immortalité étaient du coté de Tzeentch et non de l’Empereur. Il lui fallait faire définitivement ses preuves devant le grand Dieu du changement et embrasser son destin.

Et maintenant il devait enfin en finir. Rompre ses anciens liens. Et pour cela, il lui fallait invoquer un démon. Hisarion se concentra et commença à marmonner une longue incantation dans une langue qui n’avait plus rien d’humaine.


Dernière édition par le Mar 29 Jan 2008 - 22:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hisarion
Officier
Officier
avatar

Nombre de messages : 508
Age : 40
Localisation : Paris, la ville du chaos!
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Hisarion [Chaos; Sorcier]   Sam 30 Juin 2007 - 19:41

CHAPITRE 2

Au milieu de la salle de lecture, attenante à la bibliothèque, Hisarion avait tracé sur le sol un pentagramme, encore qu’il eut fallut plutôt l’appeler « nonagramme » puisqu’il comportait non pas cinq mais neuf branches, neuf comme le chiffre de Tzeentch. Le signe avait été tracé avec du sang… de poulet, Hisarion ne sachant pas comment se procurer du sang humain autrement qu’en assassinant un de ses condisciples ce qui ne serait pas vraiment passé inaperçu.

Il était minuit passé et le silence était à peine troublé par les murmures du jeune sorcier, qui menait maintenant son invocation depuis près de vingt minutes. La difficulté était non pas d’attirer l’attention d’un démon, ces créatures étant capables de repérer la moindre occasion de s’infiltrer dans le monde réel depuis les limbes du chaos où ils vivent la plupart du temps. Le principal obstacle était de réussir à recréer un environnement magique suffisant pour maintenir le démon dans notre univers matériel. Et pour cela il fallait réussir à faire converger d’importants courants de ce que l’on appelait « vents du chaos », des courants magiques chaotiques présents partout mais dont la présence était parfois à peine perceptible même aux sorciers les plus aguerris.

Et Hisarion était proche de l’abandon, épuisé par la concentration qu’il fournissait depuis un long moment. Et puis soudain il sentit un léger souffle qui remonta le long de tout son corps et fit s’envoler quelques vieilles pages de manuscrits qui traînaient là. Au sol, le sang de poulet sembla prendre une teinte rouge vif tandis qu’une sorte de fumée dans laquelle on voyait onduler des volutes de couleurs s’élevait maintenant du sol. Puis le sol commença à trembler et un grondement se fit entendre, sourd au début puis si fort qu’il donnait l’impression qu’un orage se déchaînait juste au dessous du plafond de la salle de lecture.

Hisarion arrêta de psalmodier son incantation et c’est muet de stupeur qu’il vît la fumée se compacter et prendre la forme d’une sorte d’immense vautour dont les pattes inférieures était proche de jambes humaines mais recouvertes d’un pelage fourni. Le corps était couvert de plumes multicolores mais les couleurs étaient ternes, comme poussiéreuses. Dans le dos du démon se déployaient d’immenses ailes décharnées, dont la plupart des plumes manquaient mais qui atteignaient une envergure d’au moins cinq mètres. La tête du démon était bien celle d’un vautour, mais qui aurait extrêmement muté, avec un bec beaucoup plus long que de normal, muni de petites dents acérées, deux yeux exorbités vert comme des émeraudes, deux petites cornes au sommet du crâne chauve. Deux bras plus ou moins humains, très musculeux, se terminaient par des serres crochues desquelles émanait une aura magique qui crépitait d’étincelles. Mais le pire était que sur le torse du Duc du changement, car cela en était bien un, on voyait des visages qui semblaient se former entre les plumes et les poils puis qui disparaissaient avant de réapparaître à un autre endroit. Et tous ces visages semblaient hurler de terreur.

Hisarion était stupéfait et s’aperçu à peine qu’il était tombé au sol, assis sur son arrière train comme un enfant qui ne contrôle plus ses jambes. Le monstre dominait le sorcier de toute sa hauteur, il mesurait bien 12 pieds de haut, et semblait à l’étroit sous le plafond pourtant haut de la salle. Il porta soudain son attention sur son invocateur et s’adressa à lui. Sa voix était sur-aigue et à la limite du supportable :

− Zursss’kan tchakt ! Eg Ussa’Tzeentch Ik ezartch !

Hisarion ne comprit pas les mots prononcés avec son oreille mais sût instantanément dans son esprit que le démon lui demandait qui il était pour oser déranger un serviteur direct de Tzeentch. Heureusement pour lui il n’eut pas le temps de répondre car une porte s’ouvrit à l’arrière de la salle et son mentor, Peter de Rhizen, entra dans la pièce suivit de deux autres sorciers flamboyants. Il regarda la bête au milieu du mobilier renversé, puis ses yeux se portèrent sur Hisarion, toujours au sol.

− Qu’as-tu fais ? lui demanda t’il, avant de pointer un doigt en direction du Duc du changement.

Instantanément une flamme jaillit de son index et heurta le démon de plein fouet. Celui-ci poussa un cri de rage et se retourna vers son agresseur. Au même moment une pluie de boules de feu, lancées par les trois sorciers, s’abattit sur lui. Ces puissantes attaques magiques commençaient à brûler tout ce qui se trouvait à proximité et Hisarion fût touché plus d’une fois par des flammèches. Il compris que les sorciers impériaux ne tenaient déjà plus compte de lui et qu’il pouvait désormais bien mourir, il était considéré comme un traître, suppôt du Chaos. Son sort en était jeté.

Mais par chance pour lui le combat prenait une tournure plus avantageuse pour « sa » créature. Insensible aux attaques de feu des sorciers, le démon avança une serre griffue à travers la fumée et saisi la robe de Peter de Rhizen. Aussitôt celui-ci se mit à pousser des cris et rapidement, ses cheveux blonds virèrent au noirs, les couleurs flamboyantes de sa tunique se fanèrent et son aura de magie disparu. Le démon le relâcha et il s’écroula à ses pieds, inerte, comme vidé de toute sa substance magique. Hisarion devina que le démon, en le touchant, avait immédiatement contaminé la magie flamboyante de son ancien mentor et que celle-ci s’était muée en magie noire, comme le lait tourne. Le corps de De Rhizen, imprégné de sa magie depuis des années, n’avait pas supporté un tel changement en une seconde. Les deux autres disciples, voyant cela, furent pris de panique et s’enfuirent par la porte.

Le démon se retourna alors vers Hisarion et cette fois, s’adressa à lui dans une langue qu’il comprenait, avec une voix plus audible :

− Je te remercie petit mortel de me donner cette occasion d’offrir à mon Dieu de magnifiques sacrifices avec tous ces stupides mages humains. Je vais vider cet endroit de leur présence et cela me procurera un plaisir immense. Ensuite je retournerai d’où je viens mais tu auras disparu d’ici là. Dans le cas contraire je te ferais endurer mille souffrances comme aux autres!

Le duc du changement se dirigea vers la porte à travers laquelle une sorte de courant magique sembla s’engouffrer, comme s’il suivait la créature de Tzeentch. Celui-ci, déjà courbé pour passer le seuil, se retourna un instant et dit :

− Un champion du grand Architecte est en ce moment non loin d’ici. Un mortel doté d’une grande puissance je dois le reconnaître. Ne sais-tu pas qu’il t’attend ?

Puis il disparut par la porte. Hisarion, écoutant bien le conseil du démon, pris sa besace dans laquelle il rangea hâtivement deux ou trois grimoires et quitta la pièce par une autre porte, qui donnait dans la bibliothèque puis dans des escaliers menant à la cave. Les derniers souvenirs qu’il emporta de ce lieu furent les cris de terreur que poussaient ses anciens condisciples, aux prises avec la bête.

Le jeune sorcier prît immédiatement le chemin de la Colline Dentée où il savait que l’Elu se rendait avec ses troupes. A travers la nuit noire il avançait d’un pas rapide en repensant à tous ces évènements. Il ressentait de la fierté car il avait réussi à faire venir par sa volonté une des plus puissantes créatures engendrées par le chaos. Il ressentait également de la peur car il aurait put laisser la vie dans l’opération. Et puis si il espérait rejoindre les forces du chaos depuis trois ans, les choses allaient trop vite. Sa seule chance était maintenant de rejoindre ses nouveaux congénères, regroupés par l’Elu, afin de pouvoir peut être obtenir d’eux une aide qui lui permettrait d’embrasser au mieux sa nouvelle destinée.

Il s’enfonça dans la nuit en direction du nord.


CHAPITRE 3

Tous comptes fais ça faisait bien deux semaines que l’Elu n’avait pas convoqué les chefs de groupes pour donner des directives. Bien sûr il était normal qu’un champion du Chaos n’ait aucune envie d’organiser quoique soit, ni réunions ni plans de bataille. Mais l’inactivité des troupes commençait à peser sur tout le monde et il en faut bien peu pour qu’une armée du chaos se morcelle et que les combattants commencent à s’étriper les uns les autres…

Hisarion n’était pas très à l’aise. D’une part il avait rejoint la troupe depuis peu et ne savait pas à quel point sa venue avait été tolérée ou non par les autres sorciers du chaos. D’autre part la présence, un peu à l’écart, d’adorateurs de Khorne ne lui inspirait guère confiance ; ces guerriers brutaux et sanguinaires étaient à tout moment susceptibles de s’en prendre aux premiers qui passaient à leur portée et bien sûr, dans une mêlée générale les sorciers n’avaient pas l’espérance de vie la plus longue… Un grand champs de bataille avec de l’espace et un peu de distance pour envoyer de puissantes salves magiques, voilà ce qui leur convenait ! Surtout quand… « Oh toi ! ». Hisarion reprit ses esprits et se retourna.

− Oui toi le sorcier là.

Un énorme guerrier en armure noire se tenait à un mètre derrière lui, pointant son index ganté vers son torse.

− L’Elu veut te voir. Toi et tous les jeteurs de sorts. Ramène ta carcasse maigrichonne vers le campement principal là-bas, prêt du feu à sacrifices.

− L’Elu veut nous réunir ? demanda Hisarion. Tous les sorciers ?

− Faut croire. Et dépêche toi sinon il se servira de tes entrailles pour satisfaire Tzeentch.

Hisarion se dirigea donc vers le grand feu au centre du campement en se demandant pourquoi seuls les mages étaient convoqués… Projets tactiques ou… Grand sacrifice pour satisfaire les Dieux ?

Quelques instants plus tard le sorcier arriva près du feu et observa les alentours. Une demi-douzaine de sorciers était déjà là. Certains vêtus de robes sombres richement parées de broderies runiques paraissaient sereins et habitués des lieux. D’autres au contraire semblaient nerveux. Autour du feu d’énormes guerriers en armures de plaques étaient assis et gardaient le silence. En retrait un maraudeur se tenait debout, frottant son épée dans un grincement contre son gilet de mailles… A bien y regarder Hisarion constata que ça n’était pas son épée mais le prolongement métallique et effilé de son bras.
Enfin, au milieu de ce groupe, assis en tailleur et caressant sur ses genoux une hache à double tranchant énorme se tenait l’Elu. Son armure sombre semblait prendre des couleurs changeantes à la lueur des flammes. Son casque orné de cornes agressives pointant vers l’avant virait du bleu au vert en prenant même de légères teintes de rouge. Hisarion s’aperçu que tout le monde semblait en fait attendre que le chef parle. Et lorsqu’il le fît, sa voix grave fit frémir l’assistance.

− Ecoutez tous. Demain nous allons raser le campement avancé de l’Empire qui se trouve à 10 lieux au sud. Les sorciers vous prendrez la tête de vos groupes habituels. Toi Arzak tu iras avec les Guerriers de Khorne. Surveille les et débrouille toi pour qu’ils ne changent pas d’objectif en cours de route. Ethotch tu prendras avec toi les nouveaux mages et tu leur montreras la conduite que j’attends d’eux durant la bataille. Et toi le nouveau venu….

Il se tourna vers Hisarion. Celui-ci était à la fois flatté de voir que l’Elu avait conscience de son existence et tendu qu’il s’adresse à lui en dernier.

− Tu ira avec Hardak, un de mes meilleurs guerriers, et un homme-bête de son choix. Vous vous dirigerez à l’ouest vers le village humain à 15 lieues. Vous vous infiltrerez et me ramènerez la tête d’un de leur notables afin de semer parmi eux la panique. Soyez sans pitié mais n’oubliez pas que vous êtes en infériorité numérique.

Puis l’Elu se leva. Immédiatement les guerriers sombres l’imitèrent et le cortège s’éloigna dans les bois.

Autour du feu la tension sembla diminuer d’un cran et rapidement tout le monde s’éloigna pour répercuter les ordres. Seul un combattant en armure épaisse restait et il semblait contempler Hisarion d’un air moqueur pour autant qu’on puisse en juger sous son casque.

− Alors c’est toi qui pars en ballade avec moi ? On va s’amuser à trancher du villageois !

− J’en suis ravi, répondit Hisarion qui ne le pensait guère.

Il se demandait en réalité quel était le plan de l’Elu et, derrière, la volonté de Tzeentch. Tout cela n’était pas très clair… Comme souvent !

− Allons chercher un de ces stupides Hommes-bêtes, beugla Hardak, et apprêtons nous à partir.

Hisarion obtempéra, avec un mauvais pressentiment. Mais en même temps il se dit que le doute lui plaisait. Le danger c’est si bon…

Suite et fin un peu plus bas...


Dernière édition par le Mar 29 Jan 2008 - 22:17, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuzu
Seigneur du désordre
Seigneur du désordre
avatar

Nombre de messages : 1748
Localisation : Grenoble
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Re: Hisarion [Chaos; Sorcier]   Sam 30 Juin 2007 - 19:47

Excellent texte ! Je ne me suis permi qu'une tout petite modification : si Bobbi et Chane sont leur nom sur le forum, ils s'appelleront plus probablement Tapfor' et Courvit' : deux noms faisant un peu plus rp.

_________________

Si vous lisez ça envoyez moi un mp et je vous donnerais... rien :p Chane, Bobbi, Tàri, Praetor, Hazg Mâch' kikoup, Käräz, Kirikou, Soahk, Spir, Anima, Wolgorf ont trouvé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bobbi Briz' Krân'
Officier
Officier
avatar

Nombre de messages : 1646
Age : 29
Localisation : Dans la mêlée, derrière son kikoup', sous son bouclier...
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Re: Hisarion [Chaos; Sorcier]   Dim 1 Juil 2007 - 0:10

Super texte ! J'aime beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkal'Frakass'Tou
Initié du désordre
Initié du désordre
avatar

Nombre de messages : 44
Age : 26
Date d'inscription : 09/06/2007

MessageSujet: Re: Hisarion [Chaos; Sorcier]   Dim 1 Juil 2007 - 10:48

Un Ork qui aime la littérature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madrek l'Insoumis
Guest de L'Ordre de la Destruction
Guest de L'Ordre de la Destruction
avatar

Nombre de messages : 1705
Age : 35
Localisation : Longjumeau (91)
Date d'inscription : 07/04/2007

MessageSujet: Re: Hisarion [Chaos; Sorcier]   Dim 1 Juil 2007 - 10:55

c'est pas commun content que ça te plaise !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ordredeladestruction.frbb.net
Hisarion
Officier
Officier
avatar

Nombre de messages : 508
Age : 40
Localisation : Paris, la ville du chaos!
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Hisarion [Chaos; Sorcier]   Lun 2 Juil 2007 - 1:24

Suite d'un peu plus haut Shocked

CHAPITRE 4

Ce matin, le temps était lourd. Cela faisait trois jours qu’aucun rayon du soleil n’avait filtré à travers les nuages sombres qui stagnaient dans le ciel du Nordland. Le genre d’atmosphère que les Humains n’apprécient guère mais parfaite pour une incursion chaotique.

Et c’est justement dans ce but que trois étranges personnages traversaient les épais buissons qui bordaient la forêt. La plus massive d’entre elle portait une armure lourde ornée de pointes agressives sur les épaulières. Un casque recouvrait intégralement son visage. A la main elle portait une hache à double tranchant aussi grande qu’un homme. Derrière clopinait une affreuse créature à l’aspect trapu ; si son torse était celui d’un humain, ses jambes et surtout sa tête tenaient plus du bouc ; sa poitrine était couverte par un demi gilet en cuir et à sa ceinture pendait un gourdin hérissé de pics. Enfin venait un homme, ou du moins ce qui y ressemblait, vêtu d’un longue robe sombre, et qui avançait la tête basse, comme plongé dans ses pensées.

Les trois créatures progressaient lentement dans la végétation basse en s’approchant de la lisière de la forêt. Les volontés de Tzeentch sont toujours obscures mais cette fois c’était le bouquet. Pourquoi l’Elu leur avait il intimé l’ordre de s’approcher si prêt d’une ville humaine ? Quel intérêt à ramener la tête d’un notable quelconque alors que tout le monde savait que les troupes de l’Empereur se regroupaient vingt lieues à l’Est d’ici ? Hisarion, le sorcier du chaos, s’interrogeait. Mais il semblait bien être le seul à en juger par les propos de ses deux compagnons :

− Une fois sur place il faudra commencer par découper la garde, souffla le guerrier chaotique, et ensuite nous nous infiltrerons jusqu’aux grandes maisons au nord. C’est là que nous trouverons les chefs de la cité.

− Je suis sûr que le maire doit être bien gras, ricana l’Homme-bête, il pourrait faire une parfaite offrande à Tzeentch !

− Moi je pense que le mieux serait de ramener la tête du forgeron, répliqua le guerrier, et en passant on en profiterais pour ramener quelques un de leurs couteaux pour les autres !

Hisarion ne put s’empêcher à cet instant de faire part de ses doutes.

− Ne trouvez vous pas étrange qu’on nous envoie ici loin des batailles pour attaquer un village sans intérêt ?

− Et qui es tu, sorcier, pour discuter les ordres de l’Elu ? répliqua le guerrier, que l’on nommait Hardak.

− Je ne discute rien, j’essai juste de comprendre les tenants et aboutissants de notre mission, répondit Hisarion.

− Tuer et boire du sang, s’esclaffa l’Homme-bête en faisant honneur à la réputation de tueurs stupides propre à sa race.

Hisarion se tut. Non seulement il n’avait rien à ajouter mais, alors qu’ils arrivaient en vue du village, il remarqua un détail qui le figea net.

Les villages humains du Nordland sont habituellement peuplés de fiers et solides humains, excellents combattants mais d’humeur plutôt pacifique. Ils font de bons adversaires pour les guerriers chaotiques et savent aussi se montrer sans pitié lorsque qu’ils gagnent une bataille. Pourtant ils préfèrent habituellement cultiver leurs champs et ils ne quittent guère les parages des villages. C’est pour cela qu’Hisarion ne s’expliquait pas la présence d’une douzaine de chevaux harnachés devant la porte principale. Des chevaux sellés et parés de protections de guerre qui plus est. Le sorcier n’eut guère le temps de se poser plus de questions.

− Que la pourriture de Nurgle les emporte ! s’écria Hardak. Il y a toute une unité de soldats de l’Empereur ici, juste à l’orée du bois ! Et ils nous ont vu !

− Ils sont plus de cinquante, et un Chevalier les commande ! couina l’Homme-bête. Que fait il ici ?

− Voilà pourquoi on nous a envoyé ici, siffla Hisarion, nous faisons office d’éclaireurs !

− Pourquoi ne pas nous avoir prévenu ?

− Envoyer plus de forces si loin des champs de batailles pour une reconnaissance aurait été stupide stratégiquement ; envoyer trois combattants était suicidaire ; l’Elu a donc préféré ne rien nous dire.

− Et bien c’est le moment de mériter de notre Dieu ! Ils arrivent et j’ai bien l’intention d’en tuer le plus possible !

Les soldats humains se précipitèrent sur les trois envoyés chaotiques avec une violence qui fit presque sourire Hisarion. Les humains savaient aussi se montrer assoiffés de sang. Mais déjà la lourde hache du guerrier tranchait une première armure impériale. Pour l’Homme-bête s’était par contre déjà fini ; une longue épée venait de transpercer son corps. Il s’écroula non sans assener avant un coup de gourdin à son assassin. Le sorcier lui eut à peine le temps d’esquiver une flèche et d’invoquer une onde magique qui déchiqueta de l’intérieur le soldat le plus proche. Il n’avait pas vocation à se trouver au cœur de la mêlée. Evitant un coup d’épée il posa sa main sur l’épaule de l’attaquant qui s’effondra immédiatement à terre en hurlant de douleur. Reculant de quelques pas Hisarion marmonna quelques mots et ses mains s’enflammèrent d’un feu noir ; puis ces flammes jaillirent et enveloppèrent encore deux soldats qui se mirent à courir de manière désordonnée. Mais à quelques mètres de là, au milieu d’un monceau de cadavres, Hardak s’écroulait à son tour.

− Emparez vous du sorcier, ne le laissez pas invoquer un démon, tonitrua un voix non loin de là. Le chevalier avançait au milieu de ses hommes.

Hisarion savait que si il se retrouvait pris au corps-à-corps s’en était fini. Il rassembla alors ses esprits et psalmodia une invocation. Il la connaissait bien. Il l'avait essayé encore et encore dans le secret de son ancienne demeure, lorsqu'il était loin de tout les regards. Et une fois de plus, son disque apparu. Là, devant lui, la forme la plus étrange, et ce n’est pas peu dire, de démon de Tzeentch flottait devant lui. Un des soldats qui se trouvait trop près reçu dans la foulée une sorte de puissante décharge électrique qui l’envoya au sol, les yeux révulsés. Le sorcier du chaos sauta sur son disque et lui ordonna mentalement de s’élever au maximum du sol pour s’extraire de la masse humaine.

− Tirez ! Transpercez le avant qu’il ne soit hors de portée ! hurla le chevalier.

Puis il arracha un arc des mains d’un de ses hommes.

− Donne moi ça ! Et il tira une flèche qui vint s’écraser sur le disque.
Heureusement il en fallait plus pour désarçonner un sorcier chaotique. Le disque s’éleva et en quelques secondes Hisarion fut hors de portée. Il franchi deux lieues en quelques instants puis se posa. Une telle débauche magique en si peu de temps, par surprise et sans avoir pu se concentrer au préalable, l’avait épuisé.

Il s’assit sur une pierre au bord d’un petit sentier, l’oreille aux aguets, et fit le point. Ses deux acolytes étaient morts. L’Elu le savait sûrement, il devait y avoir un ou deux espions dans les parages, chargé de rapporter tout se qui se passait. Lui et les deux autres avaient servi d’appâts pour faire sortir de leur retraite toutes les troupes impériales qui pouvaient stationner discrètement dans les parages. Le plan de l’élu avait marché, cependant il ne tolèrerait pas qu’Hisarion ait survécu et se soit enfui plutôt que de mourir au combat. D’un autre coté il ne pouvait pas rester seul si près de la frontière et des champs de bataille. Il lui fallait trouver d’autres alliés afin de continuer à servir utilement le grand Architecte du Changement et pouvoir enfin prouver son dévouement.

Et justement, il avait repéré quelques semaines avant, plus en arrière dans les terres chaotiques un ordre tout dévoué à Tzeentch et qui stationnait dans une forteresse abandonnée. Il y avait vu des guerriers à l'aspect solitaire, des orcs et même quelques elfes noires... Un groupe de mercenaires du chaos qui semblait constitué de combattants puissants et qui, pour le moment, ne semblait pas prendre part à la croisade de l'Elu. Peut être allait il faire un tour par là-bas et les observer un peu…

******

_________________


Dernière édition par le Mar 29 Jan 2008 - 22:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hisarion
Officier
Officier
avatar

Nombre de messages : 508
Age : 40
Localisation : Paris, la ville du chaos!
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Hisarion [Chaos; Sorcier]   Lun 2 Juil 2007 - 1:31

Vala, j'ai fini mon histo!! J'ai rajouté le chapitre 2 un peu plus haut, donc j'ai décalé le chapitre 4 plus bas... Enfin bref relisez tout et pis c'est tout!

Merci à ceux qui me liront (il en faut du courage Sleep )

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hisarion [Chaos; Sorcier]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hisarion [Chaos; Sorcier]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [peinture] guerrier du chaos
» [Rikikileur / Chaos] Sorcier Terminator - 100 pts
» [FINI][Skaw / Chaos] Sorcier Exalté - 190 pts
» La Horde de l'Altérateur [Chaos-2500 points]
» Vente matos chaos mortel en metal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Guilde Destruction WAR sur Har Ganeth  :: Votre histoire-
Sauter vers: